MWA...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MWA...

Message  Midorie le Jeu 3 Juil - 16:09

Eh bien, tout à commencé lors d'une belle journée d'hiver, la belle journée d'hiver où je suis née.
Eh oui, mes parents ont décidé de m'appeler : Midorie Quelques mois plus tard, j'apprenais à marcher, puis à parler...A 2 ans et demi, j'entrais en maternelle. Scolarité normale, bon élève, un peu bavarde, et légèrement bagarreuse...J'étais égoïste, enfermée dans ma bulle, appréciée de peu de monde. A mon entrée en sixième, je décidais de changer, j'essayais d'être attentive (au cours comme aux personnes de mon entourage), d'être sage, disciplinée...La bonne petite fifille qui fait ce qu'on lui dit de faire...Mais bien entendu cette vie d'obéissance ne me plaisait pas du tout...Bref, je redevins...celle que j’étais avant en pire. Je me foutais des autres avec stoïcité, je devins froide, insensible et seule.

Certaines personnes continuaient quand même à me fréquenter, parce qu'elles m’aimaient bien, ou parce qu'elles n'avaient personne d'autres vers qui se tourner. Peu m'importait, je me conduisais de la même façon avec tout le monde, je les traitais tous de la même façon, comme de la m**** (excusez mon langage). Mon aptitude a la bagarre m'emmena souvent chez le CPE voir chez le principal, mais jamais je me démontais, me foutant de la g***** du monde (excusez mon langage), restant froide et imperméable aux sentiments des autres. Arrivée en quatrième, je vis un film, sur une personne comme moi, froide, méchante, égocentrique..., je ne réagis qu'arrivée dans mon lit, cela me pris la tête, et toute la nuit, je réfléchis à cet homme (car oui, c'en étais un) qui traitait les autres comme des moins que rien, qui restait insensible...Je me rendis compte que j'étais comme cet homme là, et j'en arrivais à me haïr.
En novembre de cette année là, je tombais malade. Cancer de la moelle osseuse. Incurable. Les médecins me donnaient 2 mois. J'en étais malgré tout heureuse, car, une fois morte, je soulagerais mes "amis" et ma famille du poids énorme que je leur imposais (c'est en tout cas ce que je pensais).

Mais vous vous demandez surement, comment, avec ce cancer qui ne me laissait que 2 mois, j'étais encore vivante, en chair en os derrière son ordinateur à vous conter ma misérable vie. Je vous explique : j'étais sur mon lit d'hôpital, la veille de ma mort présumée, quand je demandais à l'infirmière de me sortir. Alors, en fauteuil roulant, je suis allée voir ma famille et mes "amis". Les voyant en larmes, je leur ai dis : "après tout ce que je vous ai fais enduré, vous pleurez ma mort???Ne me pleurez pas, ne me plaignez pas, car demain, jour de mon salut, mon plus beau rêve va se réaliser." Sur ces mots, je suis rentrée à l'hôpital. Le lendemain, quand je me réveillais, et constatais avec stupeur que j'étais toujours vivante, l'infirmière, appela le docteur qui s'occupait de mon cas. C'est avec un air gêné, que je le vis m'annoncer...Qu'il s'était trompé de diagnostique. Je n'avais pas de cancer de la moelle osseuse, j'avais juste une défaillance des défenses immunitaires. C'est furieux que je quitte l'hosto, 1 mois plus tard, en bonne santé.

Mais cette histoire, ce flirt avec la mort, a changé ma vision de voir les choses, et a un peu amélioré mon comportement vis à vis des autres (même si je suis encore loin de la perfection).
Vous pouvez donc maintenant m'approcher sans être obligé de vous prendre une vacherie à la figure.
avatar
Midorie
Petit scribe
Petit scribe

Messages : 17
Date d'inscription : 08/05/2008
Age : 22
Localisation : En train de dormir

Voir le profil de l'utilisateur http://clara-s.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum